Les canules nasales à haut débit d’oxygène : Que du vent?

6 réponses

  1. noureddine dit :

    Merci pour cette belle revue. Vu que vous êtes en chirurgie cardiaque, quelle est votre pratique de l’optiflow dans ce contexte ?

    • Edvard dit :

      On l’utilise très peu dans notre service de réanimation cardiaque, d’ou mon intérêt de faire une revue sur cet outil.
      On l’utilise surtout pour les patients hypoxémiques qui ont un terrain d’insuffisance respiratoire chronique. Par exemple le patient qui a des grosses atélectasies ou qui a des épanchements pleuraux bilatéraux avec une réserve respiratoire faible.
      Cependant dans une réa poly ou je remplace parfois, ils l’utilisent énormément et à toutes les sauces: hypoxémie isolée, en post-extubation, chez les patients BPCO entre les séances de VNI etc….. C’est vrai que les patients ont l’air confortable sous HFNC, ils peuvent manger, prendre leurs médocs, boire etc….
      D’ou ma question d’évaluer les HFNC dans un contexte plus large de patients de réanimation, notamment les patients BPCO, obèses ou qui ont un SAOS.

  2. Bouhamri dit :

    Très bonne idée , mais physiopathologiquement parlant, n’est ce pas dangereux de l’utiliser chez des patients hypercapniques? Mais je crois que des études sont en cours à ce sujet;
    Peut être que sa place s’intègre plus dans des SAUV où les conditions de réalisation de la VNI ne peuvent pas être réunies (beaucoup de patients , charge pour les ide importantes,….)
    Je ne sais pas si cela ne va pas se faire en post op de chirurgie thoracique ,avec toujours la crainte de faire péter les sutures sous VNI….

    • Edvard dit :

      Pourquoi ca serait dangereux chez les patients hypercapniques? C’est un peu le même principe que la CPAP et la VNI de toute manière.
      Sinon oui, probablement utile aussi aux urgences en « remplacement » de la VNI, mais attention: le risque est que l’utilisation des HFNC devienne trop libérale et qu’on mette tous les patients sous HFNC sans les surveiller correctement….
      Pour la chirurgie thoracique, pareil je vois pas d’ou viens cette crainte de faire pêter les sutures. Quand on ventile un patient en bipulmonaire les pressions d’insufflation sont parfois plus importantes que sous VNI et on voit rarement que ca « pête » les sutures. Sous reserve qu’on surveille la pression d’insufflation, il n’y a pas de problème.

  3. gratelle dit :

    bonjour, merci pour tous ces supers articles clairs et très instructifs !!!
    J’avais une question concernant l’optiflow comme j’ai été concernée par ça cette nuit en garde !! y a t il un moyen d’administrer du NO avec l’OPTIFLOW ou c’est pas du tout encore d’actualité ? C’était une patiente à qui on ne pouvait enlever l’OPTIFLOW (débit 50L/min et FiO2 = 100%) en attente d’une greffe coeur poumons.
    merci d’avance !

    • Edvard dit :

      Salut,
      C’est une bonne question, je ne connais aucune étude ayant évalué l’utilisation de NO avec l’Optiflow. Cependant je pense que c’est pour une bonne raison, car à la différence de la ventilation contrôlée on ne peut pas contrôler l’administration de NO (on peut pas contrôler et calculer la fraction inspirée et la fraction expirée).
      En revanche, vu que le patient a l’Optiflow, il peut prendre des comprimé et peut donc avaler du Revatio (Sildenafil) qui agit sur l’HTAP comme le NO.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.