Back To Physio : La courbe de pression artérielle

7 réponses

  1. romanov59 dit :

    Un grand merci… on aurait bien aimé profiter de cet article pour parler un peu plus de l’onde de pouls et des subtilités de son analyse….
    Deux remarques:

    On a parlé du patient avec fracture du fémur qu’on pourrait perdre lors d’une induction inadéquate? Comment procédez-vous en pratique pour l’induction de ce genre de malade: propofol ou pas? Pré-remplissage par colloïdes ou cristalloïdes ou PFC?

    Merci encore une fois

    • Edvard dit :

      Pour le patient avec la fracture du fémur, mon approche est assez pragmatique :
      Critères de Vittel = Polytraum = ISR avec Kétamine ou Etomidate (je préfère la kéta) et cathéter artériel ± central.
      Si fracture isolée sans critère de vittel : soit induction prudente et titrée, mais globalement c’est kétamine tout le temps.
      Dans tous les cas, le moins de remplissage possible (c’est un choc hémorragique), j’ai la noradrénaline facile en attendant les CGR et PFC

    • Edvard dit :

      Pour l’onde de pouls c’est une bonne remarque, c’est une notion de physio intéréssante et souvent mal comprise. J’ai faillit faire une partie dessus mais j’avais peur que ca rajoute de la longueur à l’article. Mais comme vous m’en avez parlé, j’ai rajouté ce chapitre!

  2. Bel article, efficace et clair, c’est toujours un grand plaisir de te lire Edward !

  3. Welcome back .. un plaisir

  4. Peraux dit :

    Bonsoir.

    « Cette PAD dépend tout d’abord de la fréquence cardiaque. Plus on raccourcit le temps de diastole, moins il y aura de temps pour que la pression artérielle baisse en fin de systole et donc plus la PAD sera élevée. Inversement, plus la fréquence cardiaque est lente, plus temps de diastole est long et donc plus la pression artérielle aura le temps de baisser = PAD basse. Si vous observez les patients bradycardes (soit parce qu’ils sont sportifs ou parce qu’ils ont un trouble de conduction) vous allez voir que la PAD est basse. On voit ça souvent en postopératoire de chirurgie cardiaque : patient opéré d’un remplacement de la valve aortique qui fait son BAV III postop. Il est bradycarde à 30-35/min mais le tolère ultra-bien sur le plan clinique. Il n’a aucun signe fonctionnel de mauvaise tolérance. Cependant si on regarde sa PAD, elle est très souvent basse, inférieure à 40 mmHg, ce qui compromet sa perfusion coronaire. On est donc obligé d’accélérer sa fréquence cardiaque avec des électrodes ventriculaires externes ou avec de l’isoprénaline, pour améliorer sa pression de perfusion coronaire (car patient qui avait un RAC, donc une HVG, donc à risque de souffrance myocardique etc…) »

    Sur cet extrait que je ne saisis pas totalement. J’avais retenu comme notion que les coronaires étaient perfusées en diastole. Que si un patient était tachycarde il réduisait alors principalement le temps de diastole et donc le temps de perfusion des coronaires…et même que ces patients coronariens avaient des Bbloquants…justement dans cette indication ! Pouvez vous m’en dire plus ?

    Merci !

  5. Très utile et passionnant, très didactique.

Répondre à vincentvietnam Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.