La dysfonction diastolique, son évaluation et son traitement

15 réponses

  1. Anonyme dit :

    Excellent article. Merci pour ton travail

  2. nfkb (@nfkb) dit :

    Quelle belle revue !

    Une des phrases les plus marquantes que l’on m’est dite pendant ma formation d’écho c’est que l’OG c’est l’hémoglobine glyquée du coeur. A méditer.

    J’aime bien ta prudence dans le discours sur la tachycardie. Réfléchir oui, sortir l’atenolol non.

    Bye !

    • Edvard dit :

      Merci!!
      La tachycardie est toujours une réponse adaptée à un stress, que ce soit une hypovolémie, une douleur, un frisson, un défaut d’anesthésie etc…
      Toujours essayer de corriger en premier le facteur responsable de cette tachycardie. Si elle persiste c’est que cette tachycardie a une autre étiologie.
      Avant de balancer les bêta-bloquants en peroperatoire, je m’assure toujours que la volemie du patient soit optimale (Doppler Oesophagien, PICCO). Puis j’utilise un bêta-bloquant de demi-vie courte (brevibloc) en bolus à faible posologie que je répète en titrant et en monitorat le VES, le DC et la volemie.
      En postop c’est aussi brevibloc ou bisoprolol PO, toujours en s’assurant d’une volemie correcte et d’une absence de dysfonction VD.

  3. lebibou dit :

    Passionant (même si je risque de me refaire toute la partie physiologie à tête reposé).

    Y’a juste un truc dont je veux être sur. On est d’accord que si le patient a plus de 4 MET, on peut se passer de l’écho sauf si on a une histoire avec decompensation/OAP ce genre de chose non ? Parce qu’en lisant l’article et de mémoire, ça reste quelque chose de majoritairement asymptomatique.

    Merci d’avance !

    • Edvard dit :

      Pour moi patient avec MET > 4 = tu peux faire l’AG sans arrière pensée.
      Oui la dysfonction diastolique est souvent asymptomatique (= pas de signes d’insuffisance cardiaque). Elle se révèle en présence d’un facteur de décompensation (= effort/stress physiologique inhabituel, tachycardie, ACFA, HTA…) sous forme d’un décompensation cardiaque congestive.
      Les dysfonctions diastoliques avec un profil mitral de type 1 n’ont pas de pressions de remplissage augmentée. C’est uniquement dans un contexte d’aggravation du trouble de la relaxation (ischémie myocardique, HTA , tachycardie etc…) que la dysfonction diastolique progresse dans les stades 2 et 3 et devient symptomatique.
      En consultation d’anesthésie on peut screener les patients à risques (diabétique, coronaropathes, HTA etc….) mais s’ils ont un MET > 4, l’écho te montrera peut être une dysfonction diastolique, mais ils ne poseront pas de souci pour l’AG. On ne peut pas prédire quels patients vont mal tolérer tel ou tel facteur de décompensation.
      En cas de dysfonction diastolique connue il faut juste être vigilant.

  4. Juanito dit :

    Un très bon article, une fois de plus.
    Concernant le profil du flux mitral, c’est la première fois que je vois l’algorithme commençant par le E/Ea puis le E/A, et non l’inverse. Ce qui me fait réfléchir à quelque chose : si le E/A est inférieur à 1, n’est-il pas superflu de faire le E/Ea (il sera forcément inférieur à 8), et même raisonnement pour le E/A supérieur à 2 ?
    Deuxième question : un E/A inférieur à 1 veut-il forcément dire dysfonction diastolique ? Un état hypovolémique chez un patient ayant une compliance VG correcte ne peut-il pas donné un profil de type 1 ?

    • Edvard dit :

      Salut Juanito,

      Pour ta première question: L’avantage du E/Ea c’est qu’il reflète bien les conditions de charges. En effet la mesure de l’onde Ea est très reproductible ce qui est moins le cas pour le E/A qui dépend à a fois de la relaxation et de la précharge. Tu peux avoir un E/A < 1 avec un E/Ea > 8 voire > 15 , ce qui te donne le diagnostic de conditions de charge augmentées.
      En échographie cardiaque un diagnostic est posé sur un faisceau d’arguments et pas que sur une seule valeur calculée. C’est pourquoi il faut répéter les mesures, faire des mesures à des endroits différents (ex: mesure de l’onde E en latéral et en septal) pour s’affranchir le plus possible de la variabilité inter-observateur. C’est pourquoi on utilise plusieurs mesures pour évaluer les conditions de charge et pas que le E/A.

      Deuxième questiion : oui un E/A < 1 veut forcément dire dysfonction diastolique. Un patient avec une fonction diastolique normale mais hypovolémique aura un E/A > 1 avec une diminution équivalente de l’amplitude de l’onde E et A. Pour rappel un E/A < 1 veut dire que l'onde A est prédominante sur l'onde E = la contraction auriculaire contribue énormément au remplissage du VG du fait d'un défaut de relaxation. Chez un patient hypovolémique ça ne sera pas le cas. Voila, désolé pour la réponse tardive, mais vacances oblige 😉

  5. Romain dit :

    salut, tu expliques que l’onde E’ refllete le deplacement de l’anneau mitrale vers le VG mais à mon sens c’est plutot le contraire, un deplacement vers l’oreillette. L’onde E’ est negative et par definition s’eloigne donc de la sonde qui est situé a l’apex en ett.

  6. Romain dit :

    Oula non autant pr moi je me voyais en ETO :).

  7. Romain dit :

    Euh en fait non! Comme quoi c’est pas si simple je m’embrouille tt seul. Mais effectivement je pense qu’elle represente l’eloignement de l’anneau mitral par rapport au vg.

  8. Tétur dit :

    Bonjour, je suis infirmier et l’on m’a diagnostiqué une légère d.d. suite à de la fatigue ++ et de l’essoufflement à l’effort. Je suis diabétique type II très stable, mais avec une surcharge pondérale. Compte-tenu que je ne fais pas beaucoup d’exercice physique, j’ai décidé, il y a quelques semaines, de faire de la marche sur tapis roulant. Je n’ai aucune drs et mon essoufflement semble aller bien en marchant quelque peu rapide, mais mon cœur devient, forcément, tachycarde mais toujours sinusal. Devrais-je, selon vous, cesser toute activité physique pour éviter la tachycardie ? Merci de vos commentaires !

  9. Abrassadora dit :

    Très bel article
    Signé un cardiologue!
    Tu montres ta passion pour la physiopathologie et le raisonnement clinique!
    Bravo

  10. Pauline dit :

    Excellent ! Très bonne mise au point avec applications cliniques très claires , merci !

  11. Dr Bonobo dit :

    Merci pour cet exposé d’une limpidité redoutable!

  12. hirech dit :

    vous avez éclairer ma lanterne.bravo

Laisser un commentaire