L’Epreuve de Lever de Jambe Passive : quand, comment et avec quel monitorage ?

5 réponses

  1. Bocquentin dit :

    Top!! ….j’ai adoré le clip final

  2. ECG & co dit :

    Merci pour cet article très instructif.
    Cependant quelque chose me taraude : l’évaluation des pressions de remplissage ne peut-elle pas avoir un intérêt pour l’évaluation de la précharge dépendance ? (si elles sont élevées on pourrait déduire qu’un remplissage n’améliorera pas la situation voir pourrait l’aggraver ?)
    ou alors on considère que la situation qui associe bas débit et surcharge cliniquement qui pourrait se traduire échographiquement par VES basse, PR élevées et PVC élevée (et où le remplissage serait contre indiqué) constitue le cas particulier du patient « dry and cold » en dysfonction biventriculaire et qui est hors sujet par rapport au propos que tu développes ici ?

    • Edvard dit :

      Bonjour.
      Je pense qu’il faut bien différencier precharge dépendance et évaluation des PRVG. Si on veut savoir s’il faut remplir un patient, on évalue sa precharge dépendance. Si on veut depleted un patient on évalue les PRVG. Les PRVG ont surtout une utilité lorsqu’elles sont élevées. Lorsqu’elles sont basses, ça ne veut pas forcément dire que le patient va être precharge dépendant. Du coup on peut le remplir car on a de « la marge » sur les PRVG mais sans savoir si ça lui sera bénéfique. Si les PRVG sont élevées ça peut amener à nous dire qu’il ne faut probablement pas remplir le patient car ça lui sera délétère, mais un patient avec des PRVG élevées peut avoir quand même une réserve de precharge. D’autant plus que l’évaluation des PRVG est difficile surtout en réanimation et que si on veut savoir s’il faut remplir le patient il faut utiliser des indices de precharge dépendance.

  3. tibo dit :

    Une question demeure : comment augmenter la précharge ?
    La détection d’une précharge dépendance suppose : si j’augmente la précharge j’augmente mon DC.

    Pour moi il existe 2 façons : expansion volémique ou NAD.
    – l’expansion volémique… ….augmente la volémie
    – la NAD mobilise le système veineux capacitif et infine augmente la précharge

    Donc je pense qu’il ne faut pas croire que EJLP + (ou fluid challenge +) signifie forcément, si l’on souhaite augmenter le DC, faire de l’expansion volémique. Et avec seulement ces données, on peut très bien choisir expansion volémique ou NAD.

    • Edvard dit :

      Merci pour ton commentaire et bonne remarque.
      Comme je le précise dans l’article, être précharge-dépendant n’est pas synonyme avec « avoir besoin d’une expansion volémique ».
      Nous sommes tous précharge-dépendants pourtant on se ballade pas tous avec un 500 de ringer lactate dans le bras !!
      En effet, une ELJP positive doit amener à se poser la question : « est ce que ce patient a besoin d’une expansion volémique ou non » et « quel est le risque à lui faire une expansion volémique?’ exemple patient en OAP ou en SDRA. Toute epreuve de lever de jambe passive ne doit pas déboucher une sur une expansion volémique et comme tu le dis bien, il y a d’autres moyens comme la noradrénaline qui est un veinoconstricteur et va permettre d’augmenter le retour veineux (cf article sur le retour veineux

Répondre à Bocquentin Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.