L’hyponatrémie pour les nuls ou comment briller devant un néphrologue!

21 réponses

  1. Rhazelovitch dit :

    Merci pour ce billet biennnn complet surtout en physio ce qui manque trop souvent de nos jours, même si en l’occurrence sur ce genre de sujets ça provoque quelques nœuds au cerveau difficile à défaire. J’avais essayé de pondre un protocole de service il y a 3-4 ans sur l’hyponatrémie qui soit pas trop indigeste et puisse tenir dans une page de classeur de protocoles, de mémoire les objectifs de vitesse de correction max étaient les mêmes, et les grandes lignes aussi ( perfusion de NaCl 3% selon situation etc… ), je me servais aussi régulièrement d’un mini-calculateur en ligne qui appliquait la formule d’Adrogue et Madias que voici: http://www.medcalc.com/sodium.html , ce qui m’a valu quelques ricanement, tout le monde préférant pousser quelques cc de sérum salé hypertonique standardisé à la moindre hyponatrémie quelle qu’elle soit.

    Bon là j’avoue que tu me fais râler un peu dans la mesure où j’envisage l’ouverture d’un blog axé ER – déchoc – extrahospitalier, et que je comptais commencer par un billet sur les solutés qui est en cours de rédaction. Tu m’as bien spoilé les débats sur la tonicité, de même que ma punchline initiale qui était presque texto comme la tienne  » si la seule chose que vous avez retenu de […] étant étudiant est […] alors ce billet est fait pour vous « .

    Alors merci pour ce billet mais maintenant ça suffit, plus de spoil !

  2. Edvard dit :

    Je vois que tu t’es remis de tes convulsions post-lecture ^^
    Aiie désolé pour le spoiler!! Chacun a sa vision des choses et sa manière de le présenter, le tien sera peut être moins indigeste que le mien!! Personnellement je me suis aussi fait spoilé par Perruche En Automne, il a publié ses articles sur l’hyponatrémie juste avant les miens, c’est pour ca que j’ai réflechi un peu avant de poster le mien. Bon lui c’est un néphrologue, il a une vision différente et une manière différente de l’expliquer, en plus ses schémas sont vachement bien.
    Moi je me suis dit que je voulais m’approprier le sujet en faisant un article dessus, ca me permet de mieux le comprendre et le retenir!
    Tu m’enverras le lien de ton nouveau blog!! On essaiera de ne plus se spoiler les uns les autres ^^

  3. Anonyme dit :

    Tout d’abord merci pour ce billet intéressant.
    J’avais toutefois une remarque à ajouter: quand tu parles de l’alcalose métabolique liée aux vomissements, il me semble bien que ce n’est pas la perte d’ions H+ qui induit le trouble acido-basique mais bien la perte d’ions chlore. Cette perte a pour effet d’augmenter la différence des ions forts et donc de tendre vers l’alcalose. C’est un peu le même principe que l’alcalose métabolique liée au furosémide.
    Je serais d’ailleurs intéressé de l’avis de ta néphrologue favorite sur le modèle acido-basique de Stewart, que je trouve finalement peu pratique pour la médecine quotidienne…

    • Edvard dit :

      Salut,
      oui en fait on a tout les 2 raison!! c’est la perte d’H+ et de Cl- qui induit une alcalose métabolique par génération équimolaire de HC03- qui induit une bicarbonaturie qui entraine natriurèse et kaliurèse. Merci pour la remarque!

      Voici ci dessous le mécanisme physiopathologique, extrait du livre « Equilibre hydro-electrolytique » par Ph.Dequiedt aux editions Lavoisier (un bouquin de néphro ^^ )
      Citation du chapitre « alcalose des vomisseurs » du bouquin  » :
      « L’alcalose des vomisseurs […]sa physiopathologie reunit, à elle seule, presque tous les mécanismes en cause dans les alcaloses métaboliques et est; de ce fait, particulièrement didactique. »
      La source des bicarbonates élevant le niveau initial de la bicarbonatémie se situe au niveau de l’estomax (source endogène de bicarbonates) lorsque l’élimination à l’extérieur des ions H+ sécrétés laisse les C03H- non « tamponnés ».
      Les facteurs de maintien sont multiples
      – la déplétion en Cl- et en Na+ conduit à une contraction volémique qui diminue la filtration glomérulaire et augmente la réabsorption proximale de bicarbonates créant ainsi un « nouveau seuil » de réabsorption. elle est également responsable d’un hyperaldostéronisme secondaire.
      – l’hyperaldostéronisme secondaire augmente la sécrétion distale d’H+ et ce d’autant plus que la source de bicarbonates n’est pas tarie et que les vomissements persistent autorisant ainsi la bicarbonatémie à dépasser son « nouveau seuil de réabsorption » et donc à parvenir au distal sous forme de CO23H-Na+. Le CO2H- y joue le rôle d’anion non réabsorbable et entraine avec lui H+ et K+. Dans les urines on a alors beaucoup de CO2H- et par conséquent un pH alcalin, du Na+, du K+ et des ions H+ sous forme d’acidité titrable et de NH4+.
      – Lorsque les vomissements cessent, un nouvel equilibre est atteint au prix d’une élévation de la bicarbonatémie au niveau du « nouveau seuil ». Il n’y a plus de CO2H- au distal, le pH urinaire est donc acide et il ne reste plus que très peu de Na+ et de K+ dans les urines.
      […] Le traitement passe obligatoirement par la restauration d’une volémie normale par sérum salé isotonique. L’ajout de sel de K+ n’est pas toujours nécessaire, l’hypokaliemie étant autant due à un transfert intracellulaire qu’à une fuite urinaire. Si un apport de potassium est effectué, il ne doit l’être que sous forme de chlorure de potassium »
      Très bon bouquin, je le recommande vivement pour comprendre la physiopath compliquée des troubles acido-basiques et électrolytiques!!

      Sinon pour ta 2e question, j’ai eu une réponse franche « c’est super chiant le Stewart !! » et je suis assez d’accord avec elle. C’est absolument pas intuitif comme raisonnement, moi j’ai du mal à raisonner avec le Stewart, je suis toujours obligé de me remettre à jour le modèle. C’est assez difficile à appliquer en clinique (même si en réa , la prise en compte de l’albuminate et du phosphate rend l’appréciation de l’état acido-basique plus complète, en pratique c’est compliqué à calculer et à appliquer.
      En tout cas les néphro ne jurent que par le trou osmolaire plasmatique et urinaire ^^

  4. Fisso dit :

    Tout simplement MERCI! Ça fait près de 20 ans que je me torture avec chaque hyponatremie car jusqu’à ce jour je n’avais pas vraiment compris…
    Billet très clair et très complet !!!!

  5. Anonyme dit :

    Bonjour, merci beaucoup pour les informations. Cependant j’ai une question : en cas de pseudo-hyponatrémie (hiperlipidémie ou hyperprotidémie) est-ce que l’eau totale de l’organisme reste inchangée ou bien diminue-t-elle? (mis à part le proportion aqueuse qui diminue dans les tubes au labo).
    Merci de bien vouloir me répondre.

  6. Hana dit :

    MERCI, je n’avais jamais compris l’histoire de la fausse hyponatrémie isotonique. Dans les bouquins ils expliquent que c’est du à une diminution de l’eau plasmatique, mais pour moi moins d’eau voulait dire moins dilué donc plutôt hypernatrémie. ^^ Avec l’histoire des diluants ajoutés par le labo, c’est tout de suite plus clair, je me disais bien qu’il manquait un chaînon.

    Bref, ce n’est pas le plus important mais ça m’embrouillait.

  7. saadou jihen dit :

    Merci beaucoup pour cette article mais comment peut on le télécharger

  8. Michel Hallard dit :

    Bonjour,
    Mon épouse souffre, d’après les médecins qu’elle a déjà vus en milieu hospitalier , d’une hyponatrémie avec troubles électrolytiques. Elle a fait plusieurs comas et/ou des crises de confusions. Son traitement quand son iono est mauvais du Diffuka (entre 4/6 gélules par jour).
    Je pense que ses symptômes ne sont pas vraiment pris au sérieux par le corps médical et que les divers examens effectués, lorsqu’elle est conduite aux urgences en cas de crise, ne sont pas tous utiles.
    Vers quel service spécialisé ou Médecin spécialisé me conseillez vous de la conduire pour une prise en mains sérieuse.
    Merci de me renseigner.
    Michel

  9. pibi dit :

    Bonjour, par rapport à une application sexiste de votre article, je suis étonné que votre « partnership » à la maison n’a pas réagi à : « D’autre part on a pu montrer que certains facteurs aggravent encore l’encéphalopathie tels que l’hypoxie, l’hypoperfusion cérébrale et le fait d’être une femme en période d’activité génitale. En effet en situation d’hypoxie, la pompe Na-K-ATPase n’a plus assez d’énergie pour faire sortir les électrolytes, le mécanisme d’osmorégulation est donc moins efficace. »
    Pourriez vous svp détailler et éclaircir les délicates notions en jeux dans ce passage de votre article. Je ne doute pas que des sous-jacents douteux ne puissent pas être à l’oeuvre dans ce passage. Est-ce un simple clin d’oeil et une piqûre de rappel de la phallocratie ambiante ?
    Cordialement

  10. b2c dit :

    Bin dites donc… les hyponatrémies clairement expliqués par un Gazier, quelle classe !.
    J’ai eu beau cherché, il n’y a pas d’erreurs, et il y a là un bel esprit de synthèse, bravo !

    Vraiment un très bon site, que je découvre et redécouvrirai régulièrement. Sur quel logiciel ou plate-forme l’avez-vous développé ?

    Signé : un néphrologue MIR (oui, je sais, il vaut mieux ne pas trop s’en vanter par les temps qui courent… 🙂

    Cordialement

  11. guedouar dit :

    bonsoir docteur je voulais poser une question qui m a souvent bouleversé pourquoi l uree fait parti de la formule de l osmolalilté du moment qu il est osmotiquement inactif

  12. guedouar dit :

    est ce que l uree qd il est en grande quantité devient osmotiquement actif comme le glucose

    • Edvard dit :

      L’urée en grande quantité devient osmotiquement active. D’ou sa présence dans le calcul de l’osmolalité.

  13. Agathe dit :

    Bonjour ,

    Merci pour cette article qui m’a rendu ce chapitre moins obscure ! J’ai néanmoins une question qui subsiste : pourquoi dans une hyponatremie euvolemique on dit que le volume extra cellulaire n’augmente pas? Je comprends que face à une hyponatremie avec un capital sodé normal ce soit relatif. Mais justement si on augmente l’eau pour faire cette hyponatremie , cette eau augmente aussi dans le plasma ? Donc dans le secteur extra cellulaire ?

    Merci d’avance pour votre réponse

    Cordialement

    • Edvard dit :

      Bonjour Agathe.
      Dans l’hyponatrémie, l’eau augmente dans le secteur intracellulaire et pas forcément le secteur extracellulaire. On peut donc dire qu’une hyponatrémie est euvolémique avec malgré tout une augmentation de l’eau intracellulaire.

  14. eva dit :

    SUPER ARTICLE.
    Merci beaucoup

  1. 03/12/2015

    […] L’hyponatrémie pour les nuls ou comment briller devant un néphrologue ! , Le Gazier […]

Laisser un commentaire