The Knick : la nouvelle série médicale « gore cool »

Vous ne savez plus quoi regarder comme série? Essayez The Knick !!

the-knick

C’est une série américaine, réalisée par Steven Soderbergh (celui qui a fait,entre autres les Ocean’s 11,12 et 13 , de Traffic, de Erin Brockovich et de Ma vie avec Liberace). Elle passe actuellement sur OCS City le samedi soir.

Cette série est tout simplement géniale. Elle nous raconte les débuts de la chirurgie et de l’anesthésie à l’aube du XXe siècle, lorsque les antibiotiques n’existaient pas encore. Dans l’hôpital du « Knickerbrocker » à New York, le Dr John Thackery,un chirurgien talentueux, mais quelque peu torturé, est nommé à la tête du service de chirurgie. Avec son équipe de jeunes internes, ils essaient de repousser les limites de la médecine et de diminuer leur taux de mortalité en essayant de nouvelles techniques. En tant que spectateur, on participe à leurs découvertes, qui nous semblent souvent évidentes, mais qui ne l’étaient pas à l’époque. On assiste aussi très souvent à leurs échecs, notamment au bloc opératoire ou on prend place à côté d’autres médecins venus regarder l’opération dans les amphithéatres de l’époque.

C’est alors qu’arrive un jeune médecin, le Dr Algernon Edwards, récemment diplômé de Harvard et ayant travaillé en Europe, qui ramène avec lui de nouvelles techniques chirurgicales. Cependant il peine à trouver sa place, car il doit faire face au racisme de l’époque ainsi qu’à l’obstination aveuglée par l’ego surdimensionné des chiurgiens.

Cette série n’est pas un « remake » de Grey’s Anatomy version 1900. L’intrigue est bien plus complexe et riche que nos séries médicales actuelles. Le réalisateur ne se cantonne pas à nous montrer le côté médical de l’histoire, il nous embarque également dans la complexité des relations sociales et de l’éthique à cette époque là : les relations difficiles entre une bonne soeur/sage femme qui réalisait des avortements et un ambulancier un peu rustre  ; la difficulté de la gestion de l’hôpital par son directeur qui va tout faire pour garder la face ou encore les débuts de la santé publique.

Enfin, cette série doit aussi son succès à son ambiance « gore cool » et sombre. Sans faire dans l’extravagance comme la série Urgences , qui parfois ressemblait à des extraits de Kill Bill , The Knick nous montre les « horreurs » de la chirurgie de l’époque, ou les césariennes ressemblaient plutôt à des éventrations, ou on faisait des rachianesthésies « dorsales » à la cocaïne pour opérer un patient victime d’une péritonite postopératoire. La force de The Knick est que le réalisateur arrive à allier les scènes un peu « gores » et l’ambiance froide, détachée, sombre des amphithéatres de chirurgie de l’époque. C’est tellement bien fait qu’on en redemande toujours plus!

 

Voici un petit aperçu avec le trailer de la série:

Laisser un commentaire