Le cerveau mélomane: la musique au service de la médecine

19 réponses

  1. Yann Louvel dit :

    Super, merci pour ce bel article!
    je voulais un complément de « physiologie musicale » à mon approche psychanalytique (la musicalité du « mamanais » (la façon de s’adresser au bébé) dans les interactions précoces – la voix morne d’un parent dépressif peut rendre l’accordage affectif parent-bébé très compliqué voire impossible – ce qui peut avoir de graves conséquences pour la capacité de communiquer de l’enfant.
    Merci à vous, bonne continuation

    Alice Médigue

  2. Bloch Martine dit :

    Bonjour
    Tres interessee par votre recherche. Je suis orthophoniste et musicothérapeute et j’utilise mes deux compétences dans un joyeux mélange qui s’accorde à merveille.
    J’ai créé un groupe sur Facebook orthophonie, musique et musicothérapie si cela vous intéresse qui se veut un partage de ressources et d’expérience.
    Merci pour la merveilleuse bande musicale. J’adore le piano que je tente de jouer depuis 20111 ( j’ai 58 ans !!!!) mon instrument c’est la voix.
    Musicalement votre
    Martine Bloch

  3. Vlad dit :

    Salut Edvard,
    Je te confirme, les anastomoses coronaires sont bien plus agréables en écoutant Einaudi – Una Mattina, Nuvole Bianche, Due tramonti etc… 🙂
    La prochaine fois je m’en occupe pour qu’on passe un bon moment au bloc ;)!
    A bientôt,
    Vlad

  4. Anonyme dit :

    🙂

  5. Anonyme dit :

    Bravo pour ce bel article! je rédige une thèse concernant la musicothérapie peroperatoire en ce moment, et tu m’inspires Edvard 🙂

  6. Naz dit :

    Merci pour tous ces articles. Si je peux te conseiller un podcast à écouter dans le style de la tête au carré c’est sur les épaules de darwin de JC Ameisen. La toute première émission est un chef d’oeuvre… Elle sont toutes téléchargeables en podcast

  7. Lili dit :

    Cet article est très intéressant, moi qui cherchait à savoir si le fait d’écouter trop de musique était bon pour mon cerveau ( ayant la maladie de Parkinson )

  8. Kevin dit :

    Agnès Obel ..

  9. Quentin dit :

    A un moment tu parles d’une étude fait avec des œufs de poule a tu les sources détaillées de cette étude; cela m’intéresse merci d’avance 😀

  10. Anonyme dit :

    Merci ❣

  11. FRANCOISE SERRAT dit :

    merci pour cet article.je suis aide soignante en reanimation et je voulais faire un travail sur l influance de la musique sur les patients en rea.votre article va me permettre de debuter mon projet

  12. Simon dit :

    Votre article est hyper intéressant, complet et très bien réalisé ! J’ai pris un immense plaisir à lire et découvrir toute ces choses qui me permettront d’avancer d’avantage dans mon TFE !! Je vous en remercie mille fois Madame, Monsieur Edvard

  13. Oskar langeleik dit :

    Très intéressant, tout à fait d’accord. Je fais de la musique tous les jours en pédiatrie avec un instrument médiéval : une citole.

  14. Fleur-Lise dit :

    Superbe article .
    Tout à fait dans la veine et l’esprit du Soin Relationnel, cet accompagnement relationnel humaniste par la tendresse, le chant et la musique. Voir sur YouTube mon documentaire sur ce sujet « ALZHEIMER LA VOIE DU COEUR ».

  15. Marie dit :

    Woua merci pour votre belle synthèse! Je suis moi aussi médecin et depuis mes débuts hospitaliers la place de la musique dans ces lieux si inhospitaliers pour les patients m’a beaucoup questionné!

  16. Durand dit :

    Je suis devenu, désirais l’être, mélomane, le jour ou je suis rentré dans le salon ou mon oncle aveugle écoutait de la musique dite « classique «. Je l’ai découvert « aux anges » dans un autre monde. Je ne sais pas si c’était le paradis mais certainement que ça lui ressemble.
    A partir de là, j’ai loué des vinyles aux comités d’entreprises, enregistré des bandes magnétiques, puis des cassettes, des minidisques, gravé des CD … entre parenthèse merci à France Musique. J’ai persisté pendant 8 ans à me mettre au piano à 40 ans ; hélas « j’ai jeté l’éponge », je ne suis pas doué et surtout les yeux rivés sur la partition je n’entends pas ce que je joue.
    Peu importe, aujourd’hui mes journées sont remplies de plaisirs musicaux, le plaisir de s’arrêter, de se poser, d’écouter. Ça prend du temps ; manger aussi prend du temps, mais l’Homme ne vit pas seulement de pain.
    Par contre je ne supporte pas la musique que l’on m’impose, supermarché, salle d’attente, transport parfois …. Et surtout cette « acculture » pour reprendre l’expression de Véronique Cayla (Arte), qui nous envahie. J’ai nommé la musique anglo-saxonne. Presque toutes les radios, même une qui se dit avoir « l’esprit d’ouverture » nous inondent de ces musiques « sirupeuses » passées aux algorithmes pour des succès assurés. Ils me feraient haïr « ma » musique des années 60. Je me demande s’ils ont fréquenté des médiathèques ou sur les sites de streaming pour découvrir des musiques de notre Europe, ou d’autres continents. Sont-ils sourds ou aveugles ?

  17. Anonyme dit :

    très intéressant.
    cependant, il manque dans l’historique les apports des médecins arabe à Bagdad lorsque le monde arabo musulman était à la pointe des sciences médicales.

Répondre à Oskar langeleik Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.